J'aime les matins bêtes

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
1/2

Au cours d'un rangement salutaire dans une accumulation de vieilles paperasses, je retrouve ce vieux projet de dessin animé.

Vraiment très vieux ! Je l'avais déposé auprès du Centre National de la Cinématographie en 1983, en l'espérance d'une subvention d'aide à la réalisation.

Bienheureuse surprise, celle-ci me fut accordée.

J'avais déjà réalisé plusieurs court-métrages, mais toujours avec des moyens de fortune. Voilà que je changeais de catégorie. Terminée la clandestinité, j'allais désormais travailler en professionnel.

Je fus contacté par un producteur (un vrai !) dès le lendemain de la réception de la bonne nouvelle, me félicitant chaleureusement de ce succès tout en ajoutant qu'il y avait grandement participé en qualité de membre de la commission d'attribution de ces aides. En résumé, j'avais tout intérêt à travailler avec lui.

J'acceptai avec enthousiasme et gratitude, et me mis au travail.

La suite de la belle aventure se résume en une succession de déboires et de frustrations. Mon aimable protecteur s'avéra être un abominable grippe-sou, qui entendait bien grignoter autant qu'il le pouvait la subvention assez conséquente qui m'avait été allouée. Négocier à tout bout de champ avec lui, jusqu'à l'épuisement, me pourrit littéralement la vie. Les conditions de tournage furent exécrables, le film, complètement raté, jamais diffusé.

Quelques années plus tard, les ordinateurs ont fait leur apparition, permettant une liberté d'expression et une indépendance dont avaient toujours rêvé les gens de ma génération.

Je n'ai cessé depuis de bricoler en solitaire des petits films d'animation. Paisiblement. En prenant tout mon temps.

Je les montre à l'occasion d'expositions et les diffuse sur YouTube et notre site Mycelium.

Cela ne me rapporte rien mais cela ne me coûte rien non plus. Et surtout, je m'amuse !