press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
1/1

José de SOUZA

L’ŒUVRE REVENDIQUÉE (2019)

Novembre 2019. José a un air de triomphe cette fois, il est rayonnant et pose avec entrain devant une œuvre devenue spectaculaire. Il a affiché les photos de lui et de son œuvre que j’ai prises un an plus tôt, et lui ai envoyées. La plupart dans son voisinage le prenaient pour un illuminé et disaient qu’il se lasserait vite. Mais, pendant près de deux ans, il n’a pas arrêté de façonner et de peindre, insensible aux remarques narquoises, jusqu’à occuper toute la surface de la falaise, avant de s’attaquer à l’espace qui sépare celle-ci de la route.

Au lieu d’une falaise, c’est désormais un foisonnement d’animaux lumineux et entrelacés, notamment des éléphants de toutes tailles, plus d’une centaine me dira-t-il en riant de sa propre démesure. Pour accéder à l’œuvre sculptée, il faut franchir ce qui s’apparente à un arc de triomphe. Celui-ci est surmonté par un écriteau indiquant fièrement Museu – José Meigalão – Bem-Vindo, sur les côtés il est délimité par des drapeaux en l’honneur de Ronaldo et de l’équipe triomphante du Portugal lors de l’Euro de 2016. Au-devant de l’arc se trouve un petit piédestal ayant fonction de guichet, avec une photo du King et l’inscription Open – Aberto à la peinture blanche.

En contre-point des animaux qui dominent l’ensemble et attirent le regard, c’est désormais le monde des humains qui retient l’attention, comme si le bestiaire fantastique du début n’avait eu pour finalité que d’être un décor pour une mise en scène destinée à honorer des personnes, les unes que José admire et qui le font rêver, les autres qui lui sont importantes. Les plus visibles, au premier rang, sont des célébrités du cinéma hollywoodien et de la chanson des sixties, représentées sur des affiches et des photos, en particulier Elvis Presley, le King, dont des haut-parleur diffusent les chansons à tue-tête, et des stars du foot, en premier lieu Cristiano Ronaldo, qui est né et qui a grandi sur l’île, parfois désigné comme C.R.7, soit ses initiales et son numéro dans l’équipe du Portugal (tandis que S.L.B. signifie Sport Lisboa e Benfica, et CSM Club Sport Marítimo, qui désigne un club de foot de Madeira).

Après ce hall des célébrités, vient un muret de petite dimension où figurent des photos de la famille de José, soit sa femme et lui en couple, et, séparément, ses deux fils et sa fille. Mais il s’agit de photos aux couleurs passées, vieilles d’une trentaine d’années, qui sont imprimées au creux d’assiettes disposées autour d’un miroir en forme de cœur. Elles témoignent d’une tristesse, que les célébrités en façade n’arrivent pas à faire oublier. Ses enfants vivent à Jersey où ils ont fait leur vie, loin de lui, revenu seul au pays, et sa femme a demandé le divorce.